archimede

Présentation de l’éditeur :

Après de longs mois de siège, la cité de Syracuse vient de tomber aux mains des armées romaines commandées par le consul Marcellus. Alors qu'il a donné l'ordre absolu d'épargner Archimède, physicien, mathématicien et inventeur de génie, Marcellus apprend qu'un légionnaire a assassiné le grand homme. Fou de rage, il suspecte immédiatement un complot organisé par un personnage haut placé.
Il charge son fils Publius de mener l'enquête et autorise Myrrha, l'élève préférée d'Archimède, à le seconder. En échange, elle devra expliquer à Publius la science et les découvertes du savant assassiné.
Ce que Publius et Myrrha ne savent pas, c'est qu'Archimède les observe avec attention, impatient de les voir résoudre l'énigme de sa mort... Une plongée dans l'Antiquité, à la rencontre d'un savant hors normes.

Mon avis :

Allier histoire, sciences, avec une enquête policière, le tout dans un roman à destination des plus jeunes, n'est pas chose aisée.
Sophie Séronie-Vivien, enseignante-chercheuse et biologiste médicale relève le défi en offrant une intrigue passionnante, qui soulève encore nombre de questions depuis des siècles : la mort d'Archimède n'était-elle qu'un simple "incident", une exécution par un soldat trop zélé pendant le siège de Syracuse ?

L'auteur dénoue les fils entremêlés de ce mystère grâce à l'introductions de personnages imaginaires, un adolescent romain attachant et une jeune fille savante, qui vont livrer aux lecteurs un peu de science et beaucoup d'aventures.
L'écriture fluide riche en éléments historiques et techniques fait facilement oublier le seul petit bémol du roman : depuis quand confie-t-on une enquête à des enfants que l'on prend difficilement au sérieux ?

Au final, Qui a tué Archimède est une belle introduction au travail de ce savant qui a laissé bien plus qu'un héritage de levier et de la célèbre exclamation "Eureka !".

A découvrir, dans le reste de la collection des Savantissimes :

- Darwin et sa théorie de l’évolution (encore controversée aujourd’hui par bon nombre d’ignares, comme par exemple les platistes)
- Le boulot formidable de Marie Curie (exceptionnel pour une femme, polonaise en plus de ça... dixit les ignares précédemment cités)
- Alexander Fleming qui a sauvé bien des vies en demandant aux gens de se laver les mains (à lire en période de gastro-entérite, merci)
- Ada Lovelace et les prémices du langage informatique (qui a détrôné le poinçonneur des Lilas)