La Pause Lecture

05 juillet 2017

La Menace, de S.K. Tremayne

9782258138407

Présentation de l’éditeur :

Quand Rachel épouse David Kerthen, un bel et brillant avocat, elle n’en croit pas sa chance. Loin de Londres et des années de vache maigre, elle découvre les joies de la vie de famille auprès de l’affectueux petit garçon de son mari, Jamie. Au coeur des Cornouailles, dans un manoir surplombant les déchirures de la côte et l’Océan impétueux, elle joue déjà à la châtelaine. Mais le conte de fées se ternit vite : le souvenir de Nina, la première épouse de David, disparue deux ans auparavant, hante encore les couloirs de cette demeure séculaire. Et peu à peu son petit Jamie adopte vis-à-vis de Rachel un comportement inquiétant, prophétisant l’avenir et niant certaines réalités. Qu’est-il arrivé à Nina ? Que cache le sourire du séduisant avocat ? Et Rachel, que vient-elle faire dans cette histoire ? Tandis que la suspicion commence à ronger le jeune couple, Jamie prédit à Rachel qu’elle mourra à Noël...

Un Manoir sur les falaises des Cornouailles, un sombre secret familial, un époux fortuné et un petit garçon mignon mais dont les visions sont de plus en plus inquiétantes : voilà la combinaison idéale d’un thriller anglais des plus classiques. Mais à la différence de ses prédécesseurs comme Daphné du Maurier ou Agatha Christie, S.K. Tremayne nous fait douter à chaque chapitre de ce qui nous est conté. L’héroïne, Rachel, cache elle aussi un passé trouble, et on se demande lequel des personnages a réellement perdu la raison. On se prend à éplucher la moindre parole, le plus petit indice, afin de dénouer les fils du mystère qui entoure la demeure des Kerthen. Sous couvert de la description d’une campagne anglaise froide et humide, l’auteur nous offre un thriller aux multiples rebondissements, aux pistes sans cesse brouillées... pour aboutir à un final réaliste et juste.

Posté par Emma666 à 15:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 juin 2017

Destination Impressionnisme

Il y a quelques jours de cela, grâce à Onirik, j'ai pu participer à un voyage de deux jours sur la route des Impressionnistes, organisé par l’office de tourisme de Seine et Marne, dans le cadre de la création de la marque "Voyages Impressionnistes".

Premier jour :

Rendez-vous à 9h30 devant le Musée d’Orsay. La grande galerie consacrée à l’impressionnisme a subi une véritable métamorphose depuis 2010. En regroupant de nombreuses œuvres de jeunes peintres impressionnistes : la Galerie montre la diversité des courants qui ont conduit à ce mouvement artistique. Notre guide a porté une attention particulière sur les œuvres peintes en Seine-et-Marne, réalisées par des artistes tels que Sisley, Corot ou Bazille. Cette gare reconvertie en musée offre une collection impressionnante des peintures les plus emblématiques de l’impressionnisme. Passer deux heures à quelques centimètres des tableaux de Van Gogh, Renoir ou Monet nous transporte immanquablement en pleine nature. L’architecture "puissante" des lieux offre une véritable bouffée d’oxygène en plein Paris.

IMG_0796

IMG_0804

IMG_0806

IMG_0824 - Copie


Déjeuner à l’Hôtellerie du Bas-Bréau, à Barbizon A une demi-heure de Paris, cet hôtel-restaurant dispose d’une situation idéale pour profiter de la nature en toute sérénité. Nombre de célébrités ont séjourné et rêvé au Bas-Bréau comme Grace de Monaco, Françoise Sagan ou Julien Green. Devant un carpaccio de thon fumé aux groseilles et une réduction balsamique, on apprend que c’est ici que Robert Louis Stevenson a écrit ses textes sur la forêt.

 

IMG_0834

Visite guidée du village d’artistes de Barbizon et du Musée départemental de l’école de Barbizon, l’Auberge Ganne. Ce village est devenu, par sa situation, le cœur d’un mouvement qui porte son nom : l’école de Barbizon, mouvement pictural précurseur de la période impressionniste. Aujourd’hui encore, le visiteur peut se replonger dans cette époque qui a vu naître l’idée même du peintre romantique, en quête d’une nature pure et belle. C’est d’ailleurs ce que sont venus chercher Corot, Millet et Rousseau, dans un premier temps, puis inspirés par eux, Monet, Renoir ou encore Sisley, tous attirés par la proximité de la forêt de Fontainebleau. Les époux Ganne, en voyant des peintres débarquer tous les jours dans le coin pour peindre des instantanés de la nature, ont eu la bonne idée de louer des chambres dortoirs aux artistes. Grâce à cette idée lumineuse, Barbizon est devenue la plaque tournante de l’impressionnisme. A l’intérieur du bâtiment, le visiteur peut s’étonner de voir des murs, des portes de placards recouverts de peintures. En effet, lorsque le beau temps n’étaient pas au rendez-vous, les drogués à l’essence de térébenthine ne pouvaient s’empêcher de "taguer" la moindre parcelle vierge de leur auberge !

 

IMG_0843

IMG_0845

IMG_0846

IMG_0855

 

IMG_0858

IMG_0860

IMG_0865

 

Visite guidée du village de Moret-sur-Loing Charmante cité médiévale du XIIème siècle, la ville est baignée par le Loing, qui attira de nombreux peintres tel Alfred Sisley qui y passe les vingt dernières années de sa vie. Lorsque la température monte, tout le monde profite de la proximité de la rivière pour y tremper les pieds et profiter du spectacle de l’eau vive.

IMG_0876

IMG_0877

IMG_0879

IMG_0882

IMG_0883

IMG_0892

IMG_0899

Deuxième jour :

Vulaines-sur-Seine, visite du musée départemental Stéphane Mallarmé Ouvert au public depuis 1992, le musée fait face à la Seine et à la forêt de Fontainebleau. Au travers des objets de son quotidien, de ses œuvres et de celles de ses amis artistes Manet, Verlaine ou Renoir, le musée restitue l’intimité et l’univers du poète. Amoureux des écrits d’Edgar Allan Poe, il apprend à maîtriser l’anglais pour traduire ses textes. Le visiteur pourra admirer sa collection de premières éditions originales de ses auteurs favoris. Le clou de la visite, par une forte chaleur, se promener dans le jardin aménagé dans le style anglais, et peut-être, faire une sieste à l’ombre d’un arbre fruitier.

IMG_0908

IMG_0915

IMG_0920

IMG_0934

IMG_0935

Découverte du Festival de l’histoire de l’art à Fontainebleau, sur le thème de la nature et avec pays d’honneur les Etats-Unis (7ème édition) Conçu comme un carrefour des publics et des savoirs, le Festival de l’histoire de l’art propose gratuitement pendant trois jours conférences, débats, visites, concerts, expositions, projections, lectures et rencontres au sein du château ainsi que dans plusieurs sites de la ville de Fontainebleau. Une ballade s’impose dans les différents jardins du château : à la française (à bord d’une calèche), à l’anglaise ou dans le Jardin de Diane (dans un petit train). Profitez de la fin de journée pour visiter le Château quasiment vide. Les volets sont déjà fermés, laissant le promeneur dans l’atmosphère mystérieuse du bâtiment à l’abandon. Les salles ne sont plus éclairées que par les bougies...

IMG_0947

IMG_0958

IMG_0965

IMG_0976

IMG_0982

IMG_0984

IMG_0989

Au final, ce voyage est une bonne façon d’aborder l’art sous un œil vivant, de partir sur les traces des peintres mythiques, qui sont un des nombreux trésors de la culture française.

Informations pratiques disponibles sur :

www.musee-orsay.fr
www.bas-breau.fr

www.barbizon.fr
www.msl-tourisme.fr
www.musee-mallarme.fr
www.festivaldelhistoiredelart.com
www.chateaudefontainebleau.fr/

Posté par Emma666 à 12:47 - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 mai 2017

Je Te vois, de Clare Mackintosh

004697317

Présentation de l’Éditeur :

Le jour où Zoe Walker découvre son portrait dans les petites annonces d'un journal londonien, elle décide de mener sa propre enquête. L'image floue n'est accompagnée d'aucune explication, juste d'une adresse Internet et d'un numéro de téléphone.
Pour les proches de Zoe, c'est la photo d'une femme qui lui ressemble vaguement, rien de plus. Mais le lendemain et le surlendemain, d'autres visages féminins figurent dans l'encart publicitaire. S'agit-il d'une erreur ? D'une coïncidence ? Ou quelqu'un surveille-t-il leurs moindres faits et gestes ?


Les trajets quotidiens dans le métro peuvent donner lieu à des thrillers passionnants. Je Te Vois part d'une idée originale : une mère de famille voit sa photo paraître dans les petites annonces du journal gratuit, et elle découvre que d'autres femmes, dont la photo a été piratée comme elle, ont été victimes d'agressions et de meurtre. Il n'en faut pas plus pour que la peur et la paranoïa s'emparent d'elle.
Ce roman, malgré un cadre et une intrigue intéressants, souffre d'une écriture un peu trop banale, et d'un personnage principal ennuyant, voire horripilant.
La narration accuse une lenteur qui perd le lecteur, qui tourne en rond comme les protagonistes de l'histoire. De nombreux dialogues n'apportent rien au déroulement de l'enquête, et les quelques détails intéressants glissés ça et là sautent au yeux, gâchant tout le suspens.
Quant à Zoe, on en viendrait presque à comprendre son harceleur... Elle passe son temps à se plaindre, à pleurer, à soupçonner tout le monde. Elle est décrite la plupart du temps comme forte, mais sanglote et tombe évanouie régulièrement, au grand damne de ses proches, et de nous par la même occasion, qui aimeraient qu'elle se secoue un peu.
Seul le final réveille quelques instants le lecteur, perdu par cette absence d'empathie pour l'héroïne et cette torpeur stylistique.

Posté par Emma666 à 13:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mai 2017

Teen Wolf Saison 1

Teen-Wolf-Season-1-cast

Il m'arrive des fois de céder à un petit plaisir coupable. Celui de regarder des séries estampillées "pour ados". Et là, quand on m'a proposé de regarder les premières saisons de Teen Wolf, je me suis lancée. Je m'étais toujours demandée ce que donnerai en série le film que j'avais vu, gamine, avec Michael J. Fox, l'histoire d'un gringalet qui se lance dans la boxe en découvrant qu'il se transforme en loup-garou...

Pour la série, c'est à peu près le même topo : un ado ("teen") qui se transforme en loup-garou ("wolf"). Vous me direz, pas de quoi fouetter un chat ! J'ai commencé mon visionnage en ne m'attendant pas à grand chose, et j'ai été très agréablement surprise.

Scott est le lycéen passe-partout. Une nuit, il se fait attaquer et mordre par un loup. Il va devoir dès lors jongler avec ses transformations intempestives, ses études, et la nana pour laquelle il craque, qui s'avère être la fille d'un chasseur de loups-garous.

Cette série commence de façon mignonne, digne successeur de son grand-frère des années 80, mais prend rapidement un tour plus sombre. Les sujets typiques des films sur la jeunesse, comme l'acceptation de soi, etc., sont vite remplacés par une chasse aux loups assez angoissante.
Si les effets spéciaux ne sont pas encore tout à faire à la hauteur, c'est le jeu des acteurs et l'alchimie qui passe entre eux qui fait toute la différence. J'avoue avoir été moins charmée par le héros que par son mentor, Derek, dont le passé trouble et l'épisode final de la saison 1 laisse présager des épreuves des plus intéressantes !
Mais la palme va surtout au personnage de Stiles, le meilleur ami de Scott, sans qui toute la série aurait été bien trop ennuyante. Scott se voit plus d'une fois voler la vedette par le comique de service pour qui les scénaristes ont réservé des scènes plus sensibles, qui achèvent de le rendre charmant.

Au final, Teen Wolf est une de ses séries dont on a du mal à se détacher, et qui je pense va évoluer avec l'âge de ses personnages.

Maintenant, place à la saison 2 !

La série, disponible en DVD et blu-ray, est éditée par Medium Rare Entertainment, et est sortie le 28 avril 2017.

A retourver sur Ciné Traffic :
- toutes les séries tv produites en France
- le top des séries tv de tous les temps

 

Posté par Emma666 à 13:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 mai 2017

Les Gens Heureux Lisent et Boivent du Café, d'Agnès Martin-Lugand

9782266243537

Présentation de l'éditeur :

« Ils étaient partis en chahutant. J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux. »

Diane a brusquement perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son coeur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. Afin d’échapper à son entourage qui l’enjoint à reprendre pied, elle décide de s’exiler en Irlande, seule.
Mais, à fuir avec acharnement la vie, elle finit par vous rattraper…


Malgré une introduction des plus déprimantes, Les Gens Heureux lisent et boivent du Café est un roman qui mêle optimisme et réalisme du chagrin. Difficile pour notre héroïne de pouvoir refermer la page sur sa tristesse, et c'est l'Irlande et ses habitants qui vont la tirer de son désespoir.
Dès lors que le postulat de départ est mis en place, le lecteur pourrait être baladé de questionnement existentiel en séances de chialage, mais c'est finalement l'écriture d'Agnès Martin-Lugand qui impose une finesse et une justesse des sentiments. Pas de faux-semblants ni d'exagération, on ressent totalement le désespoir de Diane à travers les nombreux dialogues, des phrases simples et touchent droit au but. Comment vivre après une telle perte ?
L'Irlande. Même si le livre ne se lance pas dans des descriptions détaillées et majestueuses de l'île verte, on ressent tout à fait la sérénité et le renouveau qui peuvent y naître. L'océan, les pub, les cottages et la gentillesse des voisins, tous les ingrédients sont là pour que Diane puisse se relever et grimper cette montagne.
Tout ne se fera pas en une nuit, et la conclusion du roman, en demi-teinte, est honnête.
Bien plus qu'un livre "feel-good", Les Gens Heureux Lisent et Boivent du Café est un roman qui se dévore et nous faire sentir vivant et chanceux...


Posté par Emma666 à 20:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 avril 2017

Arbre, d'Alex Jestaire

contes-du-soleil-noir-arbre-alex-jestaire

Présentation de l'éditeur :

Une journaliste use du pouvoir du Soleil Noir pour obtenir le matériau de ses articles, tandis qu’en Inde, l’ascension d’un Soleil Noir au-dessus d’un arbre sacré connecte un couple d’éleveurs, un riche philanthrope et un temple hindouiste.

Monsieur Geek réapparaît. Cette fois-ci, il va nous parler de l'Inde, de Londres, d'un arbre, d'un prophète et d'une journaliste douée du verbe.

Contrairement au premier conte du Soleil Noir, Crash où l'héroïne Malika, subi avant de maîtriser et voyager dans son environnement, Janaan maîtrise d'abord, avant de se retrouver punie à son tour... Quant à l'arbre inversé, il jongle presque avec le monolithe mystérieux de 2001, l'Odyssée de l'Espace. On ne sait pas pourquoi il est là, ni pourquoi il est le témoin de l'avènement du Soleil Noir. En quoi est-il lié à la journaliste ?

Utiliser un pouvoir inconnu que l'on pense maîtriser, c'est risqué. Avis aux âmes sensibles, la fin du roman peut vous donner la nausée, vous poussez à prier pour le salut de Janaan.

Il arrive que certains livres vous font douter de ce que vous avez lu. J'avoue qu'à la fin du bouquin, j'étais un peu paumée, étourdie. Avec ses histoires, Monsieur Geek m'a rappeler cette introduction, si connue :

« Ce n’est pas une défaillance de votre téléviseur. N’essayez donc pas de régler l’image. Nous maîtrisons, à présent, toute retransmission. Nous contrôlons les horizontales et les verticales. Nous pouvons vous noyer sous un millier de chaînes ou dilater une simple image jusqu'à lui donner la clarté du cristal, et même au-delà ... Nous pouvons modeler votre vision et lui fournir tout ce que votre imagination peut concevoir. Pendant l'heure qui vient, nous contrôlerons tout ce que vous allez voir et entendre. Nous partagerons les angoisses et les mystères qui gisent dans les plus profonds abysses... au-delà du réel. »

Au final, Arbre est un de ces OVNI qui traversent votre vie littéraire et vous laisse légèrement perturbée, interdit. Mais qu'est-ce qui nous attend encore ? (Alex Jestaire a prévu de mettre à jour une trentaine d'histoires).

 

Sur ce, je vous laisse, je dois mettre la main sur un film des plus bizarres, Kali Yuga, et j'espère ne pas tomber dans l'horreur des productions bollywoodiennes...

 

Posté par Emma666 à 14:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 avril 2017

Shadow House - La Rencontre, de Dan Poblocki

004667236

Présentation de l'éditeur :

Toc-Toc… Qui est mort ?

Le manoir Larkspur. Ils sont tous venus y chercher quelque chose.

Pour Poppy, une famille. Pour Azuma, un pensionnat. Pour Marcus, une école de musique. Pour les jumeaux Dash et Dylan, un plateau de tournage.

Mais rien de tout cela ne les attendait. Le manoir Larkspur n’est pas la maison de leurs rêves. C’est la prison où leurs pires cauchemars deviennent réalité.

ENTRE DANS LA MAISON DES OMBRES… SI TU L’OSES.

 

En recevant le roman, j'ai été agréablement surprise par sa beauté. Doté d'une couverture semi-rigide avec un jeu de superposition holographique, il est truffé de photos assez flippantes (bien plus que celles de Miss Peregrine !) et ses pages noircies aux coins pour donner un effet vieilli au livre. Tous les éléments sont là pour plonger le lecteur dans les méandres du manoir Larkspur...

Pour ce qui est de l'histoire, les personnages ont chacun un passé assombri que l'on découvre au fur et à mesure de leur exploration du manoir. Chacun à sa croix à porter. L'écriture de Dan Poblocki ne nous assomme pas de descriptions sentimentales insipide, c'est plus dans l'action que nous arrivons à ressentir les émotions. On attend avec impatience de savoir comment les enfants vont combattre leur propres fantômes ainsi que ceux du manoir.

Larkspur est construite dans le plus pur style maison hantée. Elle est elle même le personnage central du roman, et sa géographie sans cesse changeante et dérangeante n'est pas sans rappeler la Rose Red de Stephen King, ou le Manoir Winchester, situé à San José en Californie.
Je vous avoue que si les héros de l'histoire sont pressés de sortir de là, j'y passerai bien quelques jours quant à moi ! J'ai toujours rêvé de me perdre dans un lieu à l'histoire si... chargée.

Le seul petit bémol à mon goût, sur ce premier tome, c'est qu'il n'est pas assez long. Ok, son titre annonce la couleur, on n'y parle que de la rencontre entre les personnages, et la suite n'est qu'à peine esquissée. Les bases sont bien posées, mais on s'arrête là. L'aventure ne fait finalement que commencer. Ce roman est là pour développer l'angoisse chez le lecteur, et le pari est réussi.

Maintenant, j'espère que la suite sera aussi passionnante et j'attends sa sortie avec imaptience !

Posté par Emma666 à 17:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 avril 2017

Les Loups à leur porte, de Jérémy Fel

9782743637897

Présentation de l'éditeur :

Une maison qui brûle à l'horizon ; un homme, Duane, qui se met en danger pour venir en aide à un petit garçon qu'il connaît à peine ; une femme, Mary Beth, serveuse dans un diner perdu en plein milieu de l'Indiana, forcée de faire à nouveau face à un passé qu'elle avait tenté de fuir ; et un couple, Paul et Martha, pourtant sans histoires, qui laisseront un soir de tempête, entrer chez eux un mal bien plus dévastateur.  Qu'est-ce ce qui unit tous ces personnages ? Quel secret inavoué les lie ? Jérémy Fel nous livre ici un grand puzzle feuilletonesque à l’atmosphère énigmatique et troublante entre Twin Peaks, Stephen King et Joyce Carol Oates. Un premier roman magistral qui mène, de rebondissement en rebondissement, à explorer le mal sous toutes ses facettes.

 

Ce roman est constitué d'une multitude de chapitres dédiés à des personnages bien différents des uns des autres. L'histoire se passe à différentes époques, en Amérique, en France, en Angleterre. Ce qui pourrait passer pour un joyeux bordel se révèle être en fait un puzzle diaboliquement orchestré. Le mal tisse sa toile au fur et à mesure que l'on avance dans notre lecture. Les liens se devinent peu à peu, jusqu'à un final des plus perturbant.

Et pourtant le lecteur n'est pas perdu en cours de route, et ce grâce à l'écriture de Jérémy Fel. Difficile de croire que Les Loups à Leur Porte est son premier roman. La rédaction comme l'intrigue est parfaitement maîtrisée. Les éditeurs comparent son style aux plus grands écrivains du genre, et c'est mérité. On pense d'abord à un rassemblement de scénettes, des nouvelles presque, mais on se rend peu à peu compte de toutes les implications. Chaque personnage mériterait à lui seul un volume entier, mais en quelques pages, Jérémy Fel parvient à brosser un portrait marquant des protagonistes. Par contre, attendez-vous à être pas mal choqués par ce qu'il se passe dans le roman. De la violence physique et psychologique, des meurtres, tout cela dans la plus grande injustice. Certaines scènes vous font toucher du doigt l'horreur humaine, et vous n'en sortirez pas indemne.

En conclusion, Les Loups à leur Porte est bien plus qu'un thriller, très éloigné d'un roman policier, beaucoup terrifiant qu'un livre d'horreur. On goûte à ce qu'il y a de pire dans l'âme d'un monstre... pour notre plus grand plaisir.

Posté par Emma666 à 18:28 - Commentaires [4] - Permalien [#]

06 avril 2017

Jack Kirby en Moselle, la bande-dessinée au service de l'histoire

DSC05048

Debout à 6 heures du matin, j'ai failli raté mon train pour Metz. A 8h30, essouflée, je grimpe dans le TGV... On m'avait fait la surprise, en plus de m'offrir le voyage, d'une place en première classe !
Pour la petite histoire, grâce à Onirik, je me suis retrouvée invitée à aller découvrir des expositions consacrées aux super-héros...

Le Département de la Moselle a préparé, en partenariat avec l’association de mémoire patriotique Thanks GIs (de Corny-sur-Moselle) une rétrospective consacrée à Jacob Kurtzberg, dit Jack Kirby (1917-1994), à l’occasion du centième anniversaire de sa naissance.

De nombreux spectacles, des expositions, un festival de la bande-dessinée mais aussi des créations sur les territoires attendent le public de Cabanes 2017.

Le Conseil Départemental de la Moselle organise deux expositions traitant des sujets de la guerre et de la bande-dessinée. Elles se tiendront au Musée départemental de la Guerre de 1870 et de l’Annexion à Gravelotte et au Château de Malbrouck à Manderen.

 

DSC05073

DSC05054

Quand on vous propose une exposition sur les super-héros, vous vous attendez à quoi ? Des types en collants, des batailles épiques, de nombreuses bandes-dessinées exposées... Et bien, vous en aurez à foison. Bien sûr, c’est le thème proposé. Le fan de comics va trouver son bonheur au milieu des planches originales de grands dessinateurs comme Kirby ou Jacques Martin. Il pourra en savoir un peu plus sur la vie du King of Comics avant qu’il ne devienne aussi "hollywoodien". Mais la Moselle a décidé de donner une dimension supérieure à ces deux expositions en utilisant justement cette passion pour le dessin et les bulles. Sous le couvert d’une manifestation bon enfant, le promeneur profitera d’une grande leçon d’histoire. Que ce soit des guerres antiques jusqu’à celles qui font encore rage aujourd’hui, les héros ne sont peut-être pas ceux dont l’on voit les capes flotter au vent...

DSC05082

DSC05094

DSC05097

DSC05116

DSC05117

DSC05131

Le Château de Malbrouck, magnifiquement rénové, offre un labyrinthe dont les multiples salles nous font voyager dans le temps. Vous apprendrez ainsi la signification des paroles de la chanson "Malbrouck s’en va-t’en guerre", vous pourrez admirer la reconstitution d’une classe d’école des années 1940, mais surtout, vous voudrez en découvrir un peu plus, grâce à ces lectures "défendues". Les plus jeunes se jetteront sur les aventures des Enfants de la Résistance, tandis que les fans de comics de la première se délecteront des aventures des Loosers, de Jack Kirby, enfin publiées en français.

Plus proche de Metz, j'ai eu le plaisir de visiter le tout jeune Musée de la Guerre de 1870 et de l’Annexion à Gravelotte. L'inauguration de l'exposition dédiée à Kirby et plus précisément des jours sombres qu'il a passé en tant que soldat en Moselle s'est déroulée sous des cieux bien cléments, et des GIs nous attendaient en rang devant la porte du musée. Doté d’un hall d’accueil colossal, il offre une collection impressionnante de trésors historiques rescapés de la guerre franco-allemande, cette guerre si ignorée, témoin des dernières charges de la cavalerie. Dans la salle d’exposition temporaire, on découvre la période "GI" de Kirby, et plus globalement la vie des soldats américains en pleine seconde guerre mondiale.

DSC05136

DSC05143

DSC05146

DSC05148

DSC05153

DSC05157

DSC05170

 

Cette journée dans l'Est de la France a été vraiment idyllique pour moi. Un beau château, des guerres, des soldats en uniforme, des expositions aussi impressionnantes qu'intéressantes, tout cela offert par le département de la Moselle (sauf le soleil, ça c'était le bonus non négligeable qui m'a fait passé toute la journée en t-shirt).

Pour conclure, quand la bande-dessinée se met au service de la connaissance, et inversement, quand elle en est le témoin et le porte-parole de l’ombre, cela donne plusieurs univers, intimement liés, à découvrir ou à re-découvrir, pour le plaisir de tous.

On en ressort ravis, surpris, et étonnamment grandis.

PS : Un de mes plus petits rêves a été exaucés lors de cette journée : on m'attendait à la sortie de la gare avec mon nom écrit sur une pancarte (ouai, j'avoue, j'ai des souhaits plus ou moins faciles à réaliser).

Informations pratiques :

Exposition Les Héros Oubliés Dornot-Corny, A Small Place in Hell Musée de la Guerre de 1870 et de l’Annexion à Gravelotte Du 1er avril au 15 décembre 2017 Tarif plein : 5 € ; Tarif réduit : 3,50 € Gratuit pour les moins de 16 ans Renseignements : Musée de la Guerre de 1870 et de l’Annexion 11, rue de Metz à GRAVELOTTE Tél. 03 87 33 69 40

Exposition les Héros Dessinés, de la Guerre de Troie à la Guerre des Etoiles Château de Malbrouck à Manderen Du 1er avril au 29 octobre 2017 Tarif plein : 5 € ; Tarif réduit : 3,50 € Gratuit pour les moins de 16 ans Renseignements : Château de Malbrouck à Manderen Tél. 03 87 35 03 87 malbrouck@moselle.fr www.chateau-malbrouck.com

Festival de la BD à Manderen "La BD s’en va-t-à Malbrouck" les 3,4 et 5 juin 2017 Tarif plein : 5 € ; Tarif réduit : 3,50 € Gratuit pour les moins de 16 ans Renseignements : Château de Malbrouck à Manderen Tél. 03 87 35 03 87 malbrouck@moselle.fr www.chateau-malbrouck.com

Retrouvez toutes les dates, informations des différentes manifestations sur le site : kirbysuperheros.fr

Posté par Emma666 à 21:15 - Commentaires [3] - Permalien [#]

28 mars 2017

George, d'Alex Gino

9782211227452

 

Beaucoup de gens aiment George. Maman est très fière de son petit garçon, elle pense qu’il deviendra « un jeune homme très bien ». Scott aime beaucoup son « frérot ».

Et Kelly le tient pour son « meilleur ami ». Mais George sait que les gens ne voient pas qui elle est vraiment. Car, George en a la certitude, elle est une fille.

Alors, quand sa maîtresse propose de jouer une pièce de théâtre à l’école, George veut plus que tout interpréter le personnage de Charlotte. Elle sera parfaite, et les gens verrons enfin qui elle est.

Comment leur faire comprendre que c’est le rôle de sa vie ?



J'avais peur de tomber sur un énième bouquin qui donne dans le pathos en ce qui concerne les enfants qui "se cherchent encore", vous savez, ceux qui vous font penser qu'ils sont victimes d'une déviance que l'amour des autres peut corriger...
Fort heureusement George a bénéficié du talent exceptionnel de son écrivain, Alex Gino.
Dès le début du roman, George est accordée au féminin. Aucun doute n'est possible dans la tête du lecteur, comme dans celle de George. C'est une fille. Le problème, ce sont les autres. Ses camarades d'école qui la harcèle tous les jours, les premiers probablement à avoir compris qu'elle était spéciale, sa mère qui ne veut pas d'un homo de "ce genre-là", son institutrice, qui, sous des dehors de "tout le monde fait ce qu'il veut dans la vie", ne souhaite pas qu'un garçon joue un rôle féminin, etc.
Seule sa meilleure amie et son grand frère ne voient rien à y redire. George est George. Peu importe son sexe. Peu importe si la nature s'est gourée en distribuant les chromosomes. Elle va traverser les épreuves une à une, sous notre oeil bienveillant.
Alex Gino a parfaitement su rendre ce combat, sans dénaturer le discours d'une fillette. Pas de dialogues dénaturé pour son âge, les réactions des autres personnages sont justes face à cette situation. C'est en cela que ce roman est exceptionnel.

George fut un vrai coup de coeur pour moi, et j'ai du mal à croire qu'elle n'est que le fruit de l'imagination de l'auteur(es), tant c'est réaliste !

Un immense merci à l'Ecole des Loisirs pour m'avoir fait découvrir ce livre, et Alex Gino.

 

Posté par Emma666 à 17:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]