41tTrDdfJtL

Présentation de l’éditeur :

Cracovie, 1939. Que sait-on de la guerre, quand on n'a pas encore 8 ans ? Quelle langue peut dire à une petite fille que son père ne reviendra pas, sinon celle des oiseaux ?
Anna erre dans les rues de la ville lorsque l'Homme-Hirondelle la prend sous son aile. Cet étrange personnage, longiligne, sombre et mystérieux, sait parler aux oiseaux, éviter les soldats, connaît le secret des routes et les dangers des hommes. Un long voyage va commencer pour eux, à travers champs et forêts, pour échapper à la guerre.
Dans un monde qui a perdu la raison, seuls les fous savent les chemins qu'emprunte encore la vie...


Mon avis :

Ce roman, élu best-seller par le New York Times en 2016, est ce qui s'apparente à un conte de guerre, Anna est une petite fille laissée à son triste sort dans une ville à l'abandon. Un inconnu va littéralement la prendre sous son aile et lui apprendre à survivre dans un monde où l'humain n'a plus d'importance.

Une écriture de poète au service d'une histoire dure et triste. Voilà ce qui pourrait attirer le lecteur dans les serres de l'auteur, malheureusement la constance utilisation de situations métaphoriques nous perd un peu, voire nous laisse totalement de marbre lors que la lecture de passages qui se voudraient émotionnellement intense.

On se retrouve sur les bancs de l'école, à essayer de déchiffrer un texte que les grands qualifient de magistral, alors que l'on peine à relire plusieurs fois le même passage pour en comprendre le sens.
Au final, Anna et l'homme-hirondelle ne laissera, comme ses protagonistes, qu'un souvenir de battement d'ailes dans nos esprits...