FIC146299HAB40

Présentation de l’éditeur :

Chez Éric Neuhoff, la vie ressemble à une dolce vita permanente : hôtels, plages et gins pamplemousse dégustés les pieds dans le sable. Mais la mélancolie et l'ironie ne sont jamais loin. Dans Les Polaroïds, son premier recueil de nouvelles, tout est imaginable. Jean Seberg et Patrick Dewaere sont toujours vivants. Un jeune homme, de retour dans la ville de son adolescence, s'ennuie. Jackie Kennedy et J. D. Salinger passent une journée ensemble. À Canet-Plage, les villas en bord de mer sont le théâtre de drames intimes. Les filles se prénomment Maud, Chloé ou Raphaëlle. Elles sont snobs, bronzées, parfois menteuses. Faut-il préférer l'Irlande ou la Costa Brava pour fuguer en leur compagnie ? Sur la route de Saint-Tropez à Paris, l'esprit divague à grande vitesse. Et, en sourdine, la petite musique du coeur se fait entendre.

Mon avis :

La thématique des vacances est parfaite pour une recueil de nouvelles. Avec un titre comme Les Polaroïds, il ne faut pas s'attendre à des histoires qui traînent dans la longueur. Ici, il s'agit plutôt d'instantanés.
La Côte d'Azur, le nord, les stars ou simplement la famille, tout passe sous l'objectif d'Eric Neuhoff qui se plaît à jouer à la vérité, la sienne.

La qualité de l'écriture touche de près à ce que l'on pourrait attendre d'une certaine nostalgie pour ce qui était les belles années de la France nouvelle vague.
L'auteur ressucite Patrick Dewaere le temps de quelques jours, et Salinger passe un délicieuse moment chez les Kennedy. Ce qui aurait pu être l'est l'espace de quelques pages, se déguste tel un cocktail au bord de la plage, à cette heure où le soleil tape, lâche ses derniers rayons chauds.

Pas de doute, après avoir refermer ce livre, le lecteur songera à ces derniers jours de vacances d'été, des vagues et des photos plein la tête...