SansUnBruit-Banniere02-800x445

Présentation officielle :

Une famille tente de survivre sous la menace de mystérieuses créatures qui attaquent au moindre bruit. S’ils vous entendent, il est déjà trop tard.

Mon avis :

Sans un bruit bénéficie d'un scénario a la simplicité extrême : Ne faites aucun bruit si vous voulez survivre.
A partir de là, tenir une heure et demie pourrait s'avérer difficile, n'est-ce pas ?
Pourtant, John Kravinski, qui tient ici le rôle du père, a su se démarquer des autres films de genre, en nous livrant une réalisation parfaitement maîtrisée, et une direction d'acteurs loin de tomber dans les clichés des films d'horreur (et oui, pas de hurlements de terreur).

Parier sur un film sans paroles, sans musique, sans sons (enfin, si peu), c'est s'attaquer à un chantier assez compliqué. Les acteurs vont devoir éviter, à l'inverse des comédiens des vieux films muets, de surjouer les émotions, mais réussir à se faire comprendre par leurs partenaires.
En cela, la famille dont on suit les aventures part avec un point d'avance. La fille aînée étant sourde de naissance, ses parents et ses frères maîtrisent le langage des signes, ce sont les rois de la communication non verbale. Mais cette particularité n'est pas qu'un détail dans l'intrigue (comme la grosse facilité vue dans Signes avec l'asthme d'un des personnages). Elle devient même un atout non négligeable.

Si le postulat de départ ainsi que la bande-annonce nous vend de la peur viscérale, vous ne passerez votre séance à sursauter et à crier d'effroi, mais vous ne pourrez vous empêcher d'angoisser pour ces personnages si attachants, à avoir mal pour eux, et tout ça dans un silence quasi total.

Au final, Sans Un Bruit est bien loin d'être un film d'horreur. C'est une histoire de fin du monde, de famille aux problèmes des fois banals, d'amour indéfectible, tout ça saupoudré d'effets spéciaux pas dégueux, et une bande son totalement maîtrisée.