apocalypse_bebe_virginie_despentesValentine, fille d'un écrivain sur le déclin et d'une mère qu'elle n'a jamais connue, a disparu. Elle était pourtant suivie par Lucie, chargée par sa grand-mère d'espionner ses fait et gestes. Il faut dire que la Valentine, c'est pas un ange. Elle couche à droite, mais à gauche surtout. Bref, Lucie est aidée par La Hyène, une surdouée des renseignements lesbienne. Ensemble, elles vont pousser leurs recherches jusqu'à Barcelone pour savoir ce qui est arrivé à cette adolescente un brin perturbée.

Après, Baise-moi, je n'avais pas rouvert un livre de Virginie Despentes. Il m'avait tellement marquée que je voulais me laisser le temps de le digérer avant d'en reprendre un verre. Peur d'être déçue ? Peut-être.

On retrouve ici la facilité de l'auteur à balancer des phrases choc, mais qui prennent toujours autant les tripes. C'est cru, direct, mais pourtant, c'est difficile d'en être fâché : une bonne baffe, et le message passe plus rapidement.
Le roman suit deux voies : celle de Lucie, narratrice une fois sur deux, qui se laisse ballader de recherches en partouze, toujours un peu perdue, spectatrice de sa vie, une fille quelleconque. Et il y a les autres personnages : chacun a ses raisons valables ou pas, mais compréhensibles. On se penche sur leur cas, tout ce parcours jusqu'à croiser le chemin de Valentine.

Une narration parfaitement menée, jusqu'à la fin, plus qu'étonnante. En effet, il y a une fracture, lorsque l'on s'approche du but, on l'on plonge carrément dans une mauvaise histoire de complot. Ce livre aurait pu rester intimiste tout en étant une bonne critique de la société, mais l'auteur a fait un pari risqué. Et je pense qu'elle s'est plantée. Cela aurait pu passé si ce n'était pas arrivé soudainement, comme un cheveux sur la soupe, à la fin de l'histoire, comme si elle avait eu du mal à trouver une conclusion intéressante et acceptable.

Robert Rodriguez, lui, a réussi ce genre de prouesse, avec Une Nuit En Enfer, en plaçant ce rebondissement au premier tiers de son film (désolée pour cette drisgression, mais c'est l'effet que m'a donné Apocalypse Bébé).

Ce livre a été lu dans le cadre d'une opération menée par Priceminister, Virginie Despentes et Apocalypse Bébé VS Michel Houellebecq et La Carte et Le Territoire. Entre l'homme et la femme, la Guerre est déclarée ! Moi, j'ai choisi : Girl Power !

Un grand merci à Priceminister pour m'envoyer maintenant autre chose que des mails stipulant : "Votre Souhait est exaucé" !