Alice

Présentation de l’éditeur :

Un an après le début de la Grande Guerre, Eve Gardiner brûle de prendre part à la lutte contre les Allemands et est recrutée comme espionne. Envoyée dans la France occupée, elle est formée par Lili, nom de code : Alice, qui dirige un vaste réseau d’agents secrets pour lutter contre l’ennemi.

Trente ans plus tard, hantée par la trahison qui a provoqué le démantèlement du réseau Alice, Eve, devenue alcoolique, vit recluse. Jusqu’au jour où Charlie, une jeune étudiante qui souhaite retrouver sa cousine disparue en France pendant la dernière guerre, déboule chez elle en prononçant un nom qu’elle n’a pas entendu depuis des décennies. Leur rencontre les entraînera dans une mission visant à découvrir une vérité trop longtemps enterrée.


Mon avis :

Quand on parle de résistance, on pense tout de suite à l'armée des ombres qui a oeuvré pendant la seconde guerre mondiale.
Mais il y en a eu une, bien moins connue, qui a participé à la libération de la France et a mis fin à la guerre des tranchées. On ne parlait pas d'ailleurs de Résistants, mais plutôt d'espions.
Eve Gardiner, parce qu'elle parle couramment Anglais, Allemand, Français, et qu'elle passe pour quelle conque du fait de son bégaiement, est recrutée par l'armée britannique et formée pour devenir un agent susceptible de recueillir et de transmettre des informations recueillis à la table des officiers ennemis.

Des années plus tard, en 1947, une jeune femme cachant un Petit Problème, déserte la surveillance maternelle pour partir à la recherche de sa cousine disparue pendant la seconde guerre mondiale.

Quel est le lien entre ces deux guerres pour ces femmes que tout oppose ? Il faudra attendre les dernières pages de ce roman dense, passionnant, tant du point de vue historique que féministe.
Alternant les années 1910 et l'après conflit, on découvre le quotidien de ceux qui restent. Des blessures physiques, et celles, vicieuses et incomprises des combattants survivants traumatisés, le sacrifice passé de ces héroïnes qui ont risqué leur vie et perdu beaucoup, et la remise sous tutelle de ces femmes qui ont pu se débrouiller sans homme pendant toutes ces années.
Elles ne peuvent ouvrir un compte en banque sans l'accord de leur père ou de leur mari, et vivent dans la honte quand un enfant est né hors mariage.

Dès lors, les anciennes espionnes qui ne devraient plus rien avoir à prouver utilisent leurs talents oubliés pour continuer à survivre... Le roman prend alors une dimension bien plus rocambolesque, voire comique pour certaines scènes.
Mais très vite, le besoin d'en savoir plus sur le destin de ces femmes nous pousse à replonger dans l'angoisse et l'horreur.

En conclusion, Le Réseau Alice est une histoire à connaître, servie par une écriture qui invite à tourner pendant de longues heures des pages truffées de détails aussi précieux qu'ignobles.