uncanceer

Présentation de l’éditeur :

Je pressens que cette journée est cruciale dans ma vie, qu'il y aura un avant et un après, que demain, je penserai déjà autrement. Je souhaite me souvenir de tous les états par lesquels je vais passer. Je ne fais pas confiance à ma mémoire. Enfant, j'écrivais dans des journaux intimes que je finissais toujours par jeter, convaincue que ce que j'y avais écrit n'avait aucun intérêt. Aujourd'hui, je regrette de ne pas savoir ce que je pensais quand j'avais 12 ans. J'en ai 41, ma vie est en train de basculer, cette fois, je ne ferai pas la même erreur.

Bien sûr, il y a l'annonce de la maladie et les traitements. Mais Géraldine Dormoy raconte aussi l'évolution de son rapport au monde. Apprendre à ne rien faire, accepter ses sensations, se recentrer sur l'essentiel : voilà sa mission. Douze mois d'un journal intime riche d'enseignements pour toutes et tous, malades ou bien portants.


Mon avis : 

Lors d'un contrôle de routine, Géraldine Dormoy apprend qu'elle a une tumeur dans le sein. Après la terrible annonce vient le moment de combattre cette maladie par tous les moyens : mastectomie, chimiothérapie, rayons, etc.
La chef de la rubrique mode à l'Express tient d'abord un journal de sa maladie qu'elle ne perçoit pas comme telle. Elle a plutôt l'impression de se sentir enfin épanouie, elle qui a la chance de ne pas sentir de fatigue excessive, de nausée, et de ne pas perdre tous ses cheveux.

Ce livre est un parfait manuel de la parisienne en lutte contre un cancer du sein : promenades et footing dans la capitale, séances de yoga, chez son psy et la coiffeuse s'alternent admirablement avec les cures de chimiothérapie, la mise à jour de son blog et les rencontres avec d'autres malades.

A ne pas vouloir tomber dans le pathos, l'auteur tombe dans l'excès inverse. Elle énonce clairement et simplement ses faits et pensées, mais cette énumération rend l'écriture totalement exsangue. Peut-être est-ce dû à son métier de journaliste, qui tend à l'extrême objectivité. Elle a pris des notes tout au long de son traitement chirurgical et médicamenteux, et la retranscription a fini d'achever le détachement.

A lire ses lignes, nous avons l'impression que l'auteur a traversé toutes ses épreuves sans trop d'encombre (des footings après les séances de chimio !), et que le cancer du sein devient une étape nécessaire dans un cheminement de vie féminine.
Mais ce livre a le mérite de donner un ton beaucoup plus léger au cancer, tout en offrant des pistes de bien-être salutaire dans ces moments où les questions se bousculent et que le moral chute autant que les globules blancs, rouges, et les plaquettes.

Un nouveau témoignage à lire pour démystifier le cancer du sein, remercier les médecins et les infirmières, et donner de l'espoir pour une maladie malheureusement courante.