atlantic

Présentation de l’éditeur : 

Une ville : Atlantic City, New Jersey, États-Unis. Une date : le 22 septembre 2017.
7 h 55 : une nouvelle journée commence alors qu'un ouragan s'annonce et menace la ville tout entière. Clarence Gambino, clochard de son état, ouvre le bal d'un chassé-croisé de personnages en prêtant sa voix à des journalistes à la recherche d'un scoop. Suivront un présentateur de radio ringard affublé du ridicule pseudonyme de Richard Cheer, une secrétaire médicale malcommode, un médecin humaniste qui joue les Robins des Bois, une lycéenne en quête d'ailleurs... Des personnages cabossés – hommes, femmes, enfants –, aux destins singuliers mais hantés par le même horizon dévorant.


Mon avis :

Atlantic City a perdu le charme et le fast de ses belles années. Les casinos ferment un à un, et les boutiques souvenirs sur la plage n'ont plus de clients à qui vendre des gadgets cassés et poussiéreux.
L'ouragan annoncé est bien loin de faire paniquer les paumés des bas-quartiers et l'auteur axer son roman sur cette dernière journée de calme avant la tempête.
La lecture de ce livre pourrait en perturber plus d'un : les chapitres sont nombreux et très courts, égrainant les minutes avant l'apocalypse annoncée. Les personnages ne se connaissent pas vraiment, mais sont tous reliés entre eux.
Grâce aux dialogues réalistes et tranchants, couplés à des descriptions de toute beauté d'une ville oubliée, on se prend à déambuler sur le bord de mer en et ces instantanés sont comme une carte postale fanée perdues sur des rues désertées par ses commerces et habitants.
Ces quelques heures ont un charme particulier, et l'on se prend à espérer un avenir meilleur pour ceux que l'on a accompagnés, le temps de ces quelques deux cents pages...