2574607

Présentation officielle :

Dans la sereine petite ville de Centerville, quelque chose cloche. La lune est omniprésente dans le ciel, la lumière du jour se manifeste à des horaires imprévisibles et les animaux commencent à avoir des comportements inhabituels. Personne ne sait vraiment pourquoi. Les nouvelles sont effrayantes et les scientifiques sont inquiets. Mais personne ne pouvait prévoir l’évènement le plus étrange et dangereux qui allait s’abattre sur Centerville : THE DEAD DON’T DIE – les morts sortent de leurs tombes et s’attaquent sauvagement aux vivants pour s’en nourrir. La bataille pour la survie commence pour les habitants de la ville.   


Mon avis :

La mode est aux films de genre en ce moment. Beaucoup parlent, sous couvert de l'horreur, de sujets de société, comme Get Out, avec le racisme, ou Grave, sur les questions de véganisme.

Jim Jarmusch, lui, a décidé de prendre le contre-courant de ce nouveau mouvement. Il a voulu rendre hommage aux classiques, que ce soit dans l'épouvante, la science-fiction ou le cinéma d'auteur.

Pour mettre en scène un scénario loin d'être original, il s'est entouré des acteurs les plus appréciés dans leur cercles respectifs : Bill Murray, toute génération confondu, Adam Driver, vu dans Starwars, apprécié dans Girls, Chloé Sévigny, qui a fait peur aux spectateurs plus d'une fois, Selena Gomez, pour les plus jeunes fans, Tilda Swinton, qui a déjà tourné avec le réalisateur et qui n'a pas peur de choisir des projets novateurs...

Malheureusement, On ne peut pas dire que le résultat soit à la hauteur de l'aventure promise. L'histoire et son dénouement est tout à fait digne des nanars les plus hilarants possibles. Jim Jarmusch en a créé le rendu rocambolesque et absurde, c'est un choix particulier, mais c'était totalement délibéré.

La direction d'acteur est floue, voire totalement inexistante dans certaines scènes. Bill Murray et Adam Driver se sont lancé dans de nombreuses improvisations, mais visiblement, ce n'est pas un exercice à la portée de tous. Les dialogues donnent alors dans le comique de répétition ("ça va mal se finir", répété une dizaine de fois).
A l'instar du réussi Deadpool, le scénario brise le quatrième mur, mais ne se concentre finalement que sur deux légers détails (la musique du film et le script succinct remis aux comédiens).
Que dire de la prestation des acteurs ? Eh bien, croyez-le ou nom, mis à part Tilda Swinton (qui est parfaite dans tout ce qu'elle incarne), c'est Selena Gomez qui a rendu le meilleur travail !
Bill Murray et Adam Driver sont totalement amorphes là où Chloé Sévigny surjoue les pleureuses paniquées.

La déception aurait pu s'arrêter là, si Jim Jarmusch ne nous avait pas pris pour des simplets à qui l'on fait une démonstration.
Certains clins d'oeil ressemblent plutôt à des hurlements à l'oreille des spectateurs (comme le porte-clefs starwars d'Adam Driver, remarqué, montré du doigt et commenté par Tilda Swinton), les leçons de morale sont dignes d'un livre d'apprentissage (l'alcool c'est mal, les téléphones portables nous transforment en zombies, le raciste mourra dans d'atroces souffrance).

En bref The dead don't die est un réel gâchis de compétences et un investissement démesuré honteux pour un tel résultat.
Mais le film plaira sans doute aux hipsters affamés de contre-culture "indie" qui y verront un chef d’œuvre incompris...