41cQLYMBRbL__SX195_

 

Chacun Sa Vérité est un polar Suédois qui n'est pas vraiment un polar, avec un héros qui n'est pas vraiment suédois.

Kouplan est un réfugié Iranien en attente de régularisation, obligé de se cacher des autorités pour rester sur le sol nordiste. Il monnaye ses talents de limier pour aider ceux qui ne peuvent faire appel à la police. C'est ainsi qu'il va jouer les détectives privés amateurs pour une mère dont la fille a été kidnappée.

Le personnage principal a l'air d'avoir 15 ans, se sert de l'équivalent d'un minitel pour faire ses recherches sur Internet, utilise un mobile qui date de l'époque ou les Iphones n'existaient pas, et pose des questions naïves pour certaines, indécentes pour d'autres. Et c'est sa cliente qui le nourrit. Autant vous dire que pour résoudre l'énigme de cette disparition, ce n'était pas gagné. Et pourtant, Kouplan avance dans son enquête comme le lecteur dans ce livre qui ressemble plus à un roman psychologique ou de société.

Le héros est bien loin de l'image d'alcoolique divorcé que l'on se fait des détectives classiques, et c'est cette originalité, en plus de son statut de clandestin qui nous font tomber sous son charme.

Trafic d'humain ? Pédophilie ? Kidnapping d'un parent ? Le dénouement surprend un peu, et la dernière page, si elle n'apporte absolument rien à l'intrigue, voire, si elle tombe comme un cheveu dans la soupe, donne envie de lire la suite des aventures de Kouplan.