51ftbtwYkYL

Début du XIXe siècle, les guerres napoléoniennes font rage. Fille d'un artiste peintre sans le sou et d'une chanteuse de cabaret, l'orpheline Becky Sharp quitte le pensionnat. Mécontente de son pauvre sort, elle ambitionne d'accéder à la haute société britannique. Pour atteindre son but, Becky va déployer sans scrupules toute son intelligence et son pouvoir de séduction...

Contrairement au roman, centré sur le personnage de Becky Sharp, le réalisateur a choisi de suivre le chemin de celle-ci, mais également, de son amie, Amelia.
Cette mini-série de 6 épisodes est particulièrement soignée, que ce soit pour la reconstitution historique, le choix et la direction des acteurs, la mise en scène ou même la bande-originale.
Dans le rôle de Becky Sharp, Natasha Little, magnifique avec son air mutin, n'a aucun mal à faire tomber les hommes dans ses pièges. Quant à Frances Grey, qui incarne Amelia, elle est son exact opposé. Le tein pâle, le gros nez rouge quand elle pleure, rien ne fait douter de la véracité de ses sentiments.
Pour ce qui est de la mise en scène, les décors extérieurs sont filmés la plupart du temps en plans fixes, laissant le soin aux personnages d'y déambuler à leur guise sous un concert de trompettes tornitruantes.
Pour les scènes d'intérieur, nombreux sont les gros plans qui placent le spectateur juste devant des visages répugnants, des lèvres écumantes, des bouches difformes ou édentées (on ne peut que saluer le courage de la comédienne qui a dû embrasser l'oncle riche, incarné par le concierge de Poudlard !).

En résumé, La Foire aux Vanités est un bijou d'adaptation, et l'on se prend à détester, aussi bien qu'adorer ses deux héroïnes aux charmes bien distincts.

Le DVD, édité par Koba Films, est sorti le 18 octobre 2017. Vous pourrez retrouver ses dernières nouveautés les plus British sur sa page Facebook.

A retrouver, également, sur Cinétraffic :
- le top 100 des séries TV est à retrouver par ici
- toutes les nouvelles séries sorties cette année