9782253191223-001-T

Présentation de l'éditeur :

Dakota du Sud. Rose Franklin a onze ans lorsqu’elle chute à vélo dans un trou immense. Quand elle reprend ses esprits, elle se découvre au creux d’une main de métal géante, parcourue de réseaux lumineux.
Dix-sept ans plus tard, l’énigme demeure. Comment la main est-elle arrivée là et à quoi peut-elle bien servir ? La datation au carbone 14 défie l’entendement et l’objet semble doué de vie.
Devenue une physicienne reconnue, Rose se prépare à une aventure d’envergure : diriger une équipe secrète chargée de percer le mystère de la main métallique. Commence alors une quête à la fois passionnante et périlleuse, où temps anciens et avenir pourraient bien être indéfectiblement liés. 

 

Le Sommeil des Géants a été un énorme coup de coeur pour moi. C'est d'ailleurs bizarre d'utiliser le mot coup de coeur pour un roman, certes lu d'une traite, mais qui est froid et violent...
Il est doté d'une narration originale, qui ressemble en effet à celle de World War Z ou de Seul sur Mars de par sa forme, mais qui m'a plutôt fait penser à La Nuit des Temps de Barjavel, ou Pacific Rim pour ce qui est du fond (oui, j'ai bien dit Pacific Rim... que j'ai adoré soit dit en passant).
J'ai toujours beaucoup aimé les histoires de technologie extra-terrestre, ou ces grands robots pilotés par des humains, façon Evangelion ou Robotech. Ici, le ton est beaucoup plus sombre, et le principe des rapports pour expliquer tout ce qui se passe dans le roman renforce ce côté dur. Les personnages, même s'ils ne sont qu'à peine esquissés dans les descriptions, ont des actions et réactions parlent pour eux. On s'attache alors à ces militaires et scientifiques pour qui cette découverte soulève des problèmes politiques et même éthiques.

Au final, Le Sommeil des Géants est un roman des plus intéressants, que ce soit du point de vu, de son histoire, où même des questions que l'on finit par se poser en en fermant la dernière page. J'ai hâte de lire la suite !