hard dyke

Un groupe de rock lesbien sur le point de se séparer entame un road movie déjanté, avec au menu manoir hanté, un séjour en prison, sans oublier des ninjas mauves...

Bitte Andersson avait plusieurs idées de B-Movies en tête, mais faute de temps, et de budget, elle a décidé de toutes les regrouper en un seul film dont l'histoire se déroule dans les années 80. Vive le fluo, les épaulettes, les cheveux gonflés et laqués paillettes, place à tous ces éléments qui font que cette époque est chère à mon coeur.

Autant vous le dire tout de suite. A mon humble avis, Dyke Hard n'est franchement pas le chef-d'oeuvre dont tout le monde parle. Je ne décrie pas les choix scénaristiques à l'enchaîné plus que douteux, ni le design psychédélique du film. Non, ce que je déplore avant tout, c'est l'atroce médiocrité de l'ensemble. Les décors et les effets spéciaux sont miteux (bien au-delà des années 80), les costumes, n'en parlons pas... Vous avez sûrement vu sur Internet ce type qui adore se faire des cosplays avec des matériaux de récup et dans un timing de 3 minutes ? Et bien là, c'est le même genre de mise en scène navrante.
Que dire des acteurs... Vous vous faites un cours-métrage entre potes beurés sur des extra-terrestres qui attaquent la Terre à coup de piou-piou vocaux des plus "économiques" et vous obtiendrez à peu de chose près le même résultat.

J'ai eu l'impression de voir un nanar suédé, c'est pour vous dire...

Alors que l'on décide sciemment de réaliser un film qui veut être un OVNI, à la croisée de créations cultes du genre, comme This is Spinal Tap ou le Rocky Horror Picture Show, ok, mais souvenez-vous qu'à l'origine de ces petits bijoux, il y avait au moins un élément important digne de ce nom (Rob Reiner pour le premier et Tim Curry pour le second), et du pognon. Quant à Dyke Hard, faut pas déconner. Le fait d'assumer le statut de Jem et les Hologrammes lesbiens daubesque ne va me faire rentrer dans le club des bobos culturels nostalgiques qui le porte aux nues !

Le film, édité par Outplay, est sorti le 22 décembre dernier en DVD.

A retrouver sur Cinétrafic :
 - lesbianisme
- autres comédies sorties en 2017

Je vous laisse en compagnie de la bande-annonce :