41+4kHqVVOL__SX195_

« Ainsi prend fin le monde, non dans une explosion, mais dans un murmure. » T. S. Eliot

Augustin, un brillant astronome, est en mission dans l'Arctique lorsque sa base est évacuée. Alors que les militaires rapatrient ses collègues, il refuse de quitter l'Observatoire. Quel que soit le danger, il veut finir ses jours ici, les yeux dans les étoiles. La rencontre avec une fillette de huit ans change ses plans : il doit reprendre contact avec le monde pour qu'elle soit sauvée. Mais toutes ses tentatives restent sans réponse...  Alors qu'une jeune astronaute, Sully, quitte Jupiter pour regagner la Terre avec son équipage, elle perd tout contact avec Houston.

Bien loin des romans apocalyptiques habituels, on a ici affaire à un roman sur le silence. Le black-out lié à une catastrophe dont on ne sait rien, le mutisme d'une fillette, seul ancrage pour un scientifique perdu dans les étoiles, et le vide absolu de l'espace infini pour des astronautes sur le chemin du retour. La grande inconnue n'est pas de savoir ce qu'il s'est passé ni comment on va s'en sortir. Les personnages ne veulent simplement pas perdre le contact.
Près de 300 pages sur ce thème, ça pourrait paraître long, mais Lily Brooks-Dalton a un don certain pour développer une ambiance particulière dans son roman. Nous sommes dans l'attente. Elle ne fait pas patienter le lecteur avec des aventures à rebondissement, elle le met dans le même état que ses protagonistes.
Augustin et Sully sont tous deux passionnés par les étoiles, et chacun va s'interroger sur les choix qu'il a fait, de mettre de côté leur famille pour consacrer toute sa vie à la science. Tandis que l'un assiste au lever de soleil le plus court qui soit dans l'immensité du cercle arctique, l'autre, malgré l'omniprésence des étoiles, ne peut que subir le vide et le noir sidéral. Les descriptions de paysage principalement pour Augie, et de la vie dans l'espace, pour Sully, sont magnifiques et empreintes d'une réelle poésie. Il faut bien cela pour faire passer le silence absolu qui règne.
Tout est fait pour que le final trouve sa juste conclusion. Le lecteur n'en ressort pourtant pas déçu, il a simplement vécu une expérience étrange en lisant un ovni littéraire.