Le soit-disant porno de la ménagère :

 

50nuances

 

Anastasia Steele, qui a un nom plutôt difficile à porter au 21ème siècle, est en fin de licence de lettres. Pour dépanner sa copine malade, elle va interviewer le chef d'une énorme entreprise, Christian Grey, en lui posant des questions bien pourries.

Elle se vautre en beauté, dans tous les sens du terme, quand elle le rencontre pour la première fois. Mais il faut croire que ça a émoustillé le presque trentenaire milliardaire, parce qu'il veut la revoir. Mais en fait, c'est un gentil sadique qui veut faire d'elle sa soumise. Elle résiste un peu pour la forme, mais fini quand même dans son pieu.

Bon. Alors. 550 pages de littérature cochonne SM, ça donne quoi ? Mouai. Peut vraiment mieux faire. OK, ça se lit vite, mais parce qu'il m'arrivait de sauter les passages redondants.

Christian est beau comme un dieu, a les yeux gris, et ses pantalons ont une fâcheuse tendance à tomber sur ses hanches (ça a fini par rentrer dans ma tête, car il est décrit ainsi 20 fois plus que le torse marmoréen d'Edward, c'est dire).
Anastasia est brune et bouclée. On suppose qu'elle est maigre, car quand le bouquin commence, ça fait environ une semaine qu'elle saute plein de repas.

Anastasia va à peine hésiter avant de se jeter dans les menottes de Christian. Mais quel salaud celui-là ! Vous vous rendez compte ? Il lui offre des fringues, une Audi, le tout dernier Mac qui n'est même pas encore sorti (mais dont on en saura pas plus parce que l'auteur n'y connaît rien en informatique, comme son héroïne, comme c'est pratique), la fait voyager en première classe. Tout ça contre son gré. Quel horrible personnage oserait ne pas lui demander son avis avant ? Non mais de quoi il se mêle ? "Raaahhh, il est trop beau. Il veut me donner une fessée. J'ai peur. D'accord. Mais je ne veux pas être sa pute !"
Voilà. C'est toute l'intrigue du roman. ça et le fait de savoir pourquoi il s'adonne à de telles perversions sexuelles, et comment il a pu installer une chambre des tortures en plein milieu de son appartement, en haut de l'immeuble de son entreprise, sans que personne ne le sâche.

Mais maintenant, parlons zizi. Parce que c'est un peu le seul intérêt du bouquin. SM ? Naaaaannnn... 3 fessées n'en font pas un livre aussi trash que les vieilles vidéos pourries que l'on peut voir sur Youporn.
Christian cause beaucoup punitions et autres joyeusetés sexuelles (je me rappelle qu'un simple dialogue m'a mis dans tous mes états), mais quand il s'agit de passer à l'acte, il préfère baisser son froc.
Quant aux descriptions de scènes... Comment dire... c'est un peu fouillis. Toute personne douée de sens logique verrait bien qu'il est impossible de faire une fellation ininterrompue dans un bain rempli d'eau, à moins de finir noyée ou avec un éjaculateur précoce.

Pour le reste du roman : l'héroïne est sacrément vulgaire pour une littéraire (et que moi, je dise ça, alors que je ne réfrène pas tellement mes ardeurs verbales, c'est qu'elle l'était vraiment). Elle le voit tout nu la première fois : "putain de bordel de merde". Ok ça se comprend, elle n'a jamais vu le loup. A la 30ème fois, ça commence à lasser. Elle a une déesse intérieure qui apparaît à toutes les pages et qui danse en plus la gigue. C'est bizarre et assez dérangeant... Les adeptes du développement personnel me gonflent quand ils sortent ce qu'ils ont appris dans leur manuel de savoir vivre à l'usage des Wiccans.
Christian est beau, riche, mais ne sait qu'appeler Bébé sa copine, ce qui manque réellement de classe. Et savoir que lui aussi a été un jour un soumis, ça fait tomber tout sa sexytude d'un coup.

Et si l'on faisait quelques petits changements de scénario ?
Christian est beau, mais pas trop, et surtout pas riche :
"Qu'est-ce que vous me voulez Monsieur ? Une fessée ? Mais arrêtez de me suivre espèce de malade ! J'vais appeler la police ! Attention, je vous roule dessus avec ma Coccinelle de collection !"
Et ça donne le drame que toutes les filles vivent en se faisant alpaguer par des pervers dans la rue.

Donc, peut importe que l'histoire soit nulle et les personnages totalement vides, il suffit que le type soit beau et riche pour que ça fonctionne et que ça donne du "Porno Marc Lévy" !

Et pour ce qui est du livre audio ? J'avoue, je ne l'ai pas écouté jusqu'au bout, vu que j'avais déjà lu le bouquin. Et je ne donne pas dans le masochisme en relisant un navet. J'ai zappé pas mal de passages pour ne finir que par les scènes de cul ou les dialogues cochons (dont un qui m'avait particulièrement interpelée, pour finir par être vraiment déçue par la suite). Alors, oui, la narratrice est une femme. Mais les paroles de Christian Grey manquent cruellement de grave sexy... la voix que l'on imaginait pour le héros torturé n'était en aucune manière celle d'une jeune femme qui essaye de rendre la sienne un tantinet rauque !

PS : Henry Cavill devrait jouer le rôle de Christian. Alors... J'irai le voir (parce qu'il est très beau, et surtout je pense qu'il fera un très bon Superman... mais il n'arrivera toujours pas à la cheville de Christopher Reeves, le seul, l'unique) Il sera "The Man of Steele" pour la deuxième fois (désolée pour le jeu de mot pourri, mais là, c'était de bon coeur !).

henry_13

Pour en savoir plus sur le livre, en écouter un extrait, rendez-vous sur Audiolib.

LOGOLOGO_NOVA