Je me suis inscrite à l'atelier en ligne d'hier, Voyage en Italie. Au menu : pâtes et moelleux au chocolat. Rien de bien compliqué. Mouai... c'était vite dit.

D'abord, on vous donne la liste des ingrédients. 1er problème : la balance de la cuisine n'a plus de piles. Tant pis, le pif, ça fera bien l'affaire, non ?

Deuxième souci : impossible de trouver de la roquette. Et, contrairement à beaucoup d'ingrédients, la salade, ça ne se trouve pas surgelée.

Troisème bâton dans ma roue : il fallait 6 ronds pour cuire les moelleux. A 4,50 € le rond dans le supermarché de province (bah oui, j'ai fait les courses le jour même), j'ai décidé de faire autrement. Comme d'utiliser de petits moules... qu'il n'y avait pas à la maison.

4ème souci (ça commence à faire beaucoup), je suis arrivée légèrement à la bourre... il fallait préparer plein de trucs avant le début de la vidéo, mais je n'ai eu le temps que couper en 2 les tomates cerises. Et il fallait au moins 20 minutes pour tout le reste (comme trouver le batteur électrique).

L'émission commence : le chef a déjà l'air pressé, et les commentaires de lèche-botte fusent. "Bonjour Chef ! Très beau menu en perspective, chef ! ravie de vous revoir chef ! ça a l'air grave bon, chef !"

Je commence à suivre les indications que le chef donne, n'ayant même pas le temps de voir ce qu'il fait. ça rame un peu. J'ai pourtant réussi à trouver une place à côté de la cuisinière pour l'ordi portable. Finalement, le live, c'est pas top, même avec une connection au top. Le gâteau va en baver. Le chef continue alors que je galère déjà. Et je vois les gens continuer à poster des commentaires. Je les soupçonne de tricher. On ne peut pas suivre la recette ET draguer sur le net.
Je lance le début des pâtes, je crame les oignons, je ne contrôle plus du tout mes paroles : "Stop !!!! Il est où le bouton stop !!! Mais tu vas t'arrêter ? Ralentis, bordel de bite !" C'est le drame. Tout est quasiment foutu, je ne trouve pas de petits moules, alors je prends un gros moule. Le four que j'avais mis à préchauffer est froid. 

Gros problème : comment on allume ce p... de four ??? J'appelle Môman, je tombe sur Pôpa qui fait des blagues... et je retourne au boulot. Entre temps, j'ai loupé 5 minutes d'explications cruciales. Heureusement, en allant sur la page des ingrédients, il y a aussi la recette. Je ne regarde quasiment plus ce que fait l'urluberlu devant la caméra, je ne fais que lire les instructions.

Du chavroux dans les pâtes chaudes, ça devient de la bouillie. Il faudra penser à le congeler pour la prochaine fois. Mouai... c'est ça. Et sincèrement, ça n'apporte rien de plus à la recette des pâtes. ça sent le partenariat Chavroux Frais de Goût à plein nez.

Le gâteau sort trop cuit. Le coulant ne consiste qu'en une légère humidité au centre. Les pâtes sont cramées, mais délicieuses. Ah... j'oubliais la garniture, les cacahuètes caramélisées. C'est une blague ? j'en aurai pour une heure encore à les préparer ! J'abandonne.

Voici le résultat :

100_0773

100_0775

 

Pour conclure : quand on vous dit que ça peut être fait en 40 minutes, ce menu. Oui, c'est possible. Quand vous avez fait de longues études gastronomiques, quand vous en avez chier à couper des tonnes d'oignons. Quand vous êtes chef quoi.
Finalement, la recette écrite suffit, et elle, elle est gratos. Parce que 7,50 €, ça fait cher le coup de stress mortel !
Ce fut donc une expérience bien ratée et marrante, mais que je ne retenterai pour rien au monde. D'ailleurs, chez moi, je n'aurai pas la place pour mettre l'ordi portable dans la cuisine sans le condamner à une mort prématurée.