Pour continuer avec la semaine spéciale Marie Desplechin, on s'attaque maintenant à la littérature jeunesse (en fait, elle constituera la majorité de la semaine !).

Lors de la rencontre avec Aya Cissoko et Marie Desplechin à l'occasion de la sortie de Danbé, on m'avait parlé de ses livres, parus à l'Ecole des Loisirs, qui étaient énormément appréciés. Je ne connaissais pas du tout les aventures d'Aurore, et Marie Desplechin à eu la gentillesse de me les faire envoyer.

b1_Le_Journal_d_Aurore__Jamais_contente_jpg

Aurore est en 3ème, elle 14 ans, a une grande soeur et une petite, ses deux parents (qui ne sont malheureusement pas divorcés), est nulle en classe, et surtout, elle râle tout le temps.
Elle tient son journal, où elle compile ses humeurs du jour (pas question d'y noter ce qu'elle a mangé dans la journée, comme les autres filles), etc.
Elle y parle de ses premiers amours (qui, comme elle le dit, ne sont absolument pas des histoires d'amours), de ses vacances obligatoires avec ses parents, sa petite soeur qui l'horripile avec ses notes parfaites...

Bref, personne ne la comprend.

Bon, autant vous le dire tout de suite, j'ai adoré ! Aurore est exactement la gamine que j'aurai pu être, à râler tout le temps (sauf que j'étais quand même moins chiante jeune que maintenant). Elle ne voit que le mauvais côté des choses, et quand on lui prouve qu'elle a tort, que quelque chose de bien lui arrive, elle y trouve toujours un point négatif.
J'ai énormément ri, et je me suis même exclamée plusieurs fois : "Mais elle a tout à fait raison !"
L'auteur a su totalement rendre le personnage, sans pour autant lui accorder des paroles de gamines. Aurore parle comme une adulte, ce qui a joué pour beaucoup dans le fait que j'apprécie cette lecture. Elle a l'art de sortir des phrases simples mais qui claquent, avec toute la justesse du regard de cette adolescente incomprise.

Un premier tome excellent, qui m'a poussé à lire la suite, même si j'avais peur que le journal s'essoufle un peu...

A suivre !

Merci beaucoup à Dorian, de L'Ecole des Loisirs, et à l'auteur bien sûr !

marie