ameDans ce roman de Jean-Pierre Gattégno, un prof un brin paumé se retrouve muté dans un collège de... merde. Il n'est pas là pour faire cours, pour éduquer de jeune petits cerveaux imberbes. Non. Il est mendaté par le ministre de l'Education pour buter la directrice.

Le constat est un peu rude, mais juste. Du moins c'est ce qui pourrait se passer d'ici quelques années. Gattégno n'est pas le premier à en parler, mais son arme, l'humour, fait aisément passer le message. Simonski, le professeur de français reconverti en professeur d'anglais et d'espagnol est totalement désabusé, comme malheureusement beaucoup d'enseignants aujourd'hui. Quand on dit que c'est une vocation !

Les écoles sont séparées en 2 groupes : les établissements de riches, où règne l'ordre, le calme, et l'envie d'apprendre, et les ZEP (Zone d'Education Prioritaires), devenues ici des zones de non-droit, gouvernées par une administration pourrie, des dealers et où les détecteurs de métaux font désormais partie des meubles.

Certains professeurs ont décrié ce roman, mais personnellement, je le trouve très bon dans l'anticipation. Le héros n'essaie pas de lutter contre le système, il en joue et en profite pour mener à bien sa mission. Il ne fait que suivre le mouvement, il ne pourra de toute manière rien changer à son niveau.

Exit "Esprit Rebels" avec Michelle Pfeiffer, et "Ecrire pour exister" avec Hilary Swank, où le professeur essaie de sortir les élèves de ce monde cruel et violent, bonjour "The Substitute", avec Tom Beranger, et  "Class of 1999" où les profs font la peaux aux élèves !

Un grand merci à Celsmoon et aux Editions Calmann-Lévy pour le livre !

Aller, pour vous faire plaisir :