jpod_bookCe livre, écrit par Douglas Coupland, relate un instant de la vie d'encodeurs de jeux vidéos, travaillant à six dans un open space surnommé JPod.
Nathan, le héros du livre, est un mec un peu paumé, dont la mère, bien sous tout rapport, deale de l'herbe et ramène de délicieux gâteaux à son boss, et dont le père, champion de danse de salon, va de casting en casting, pour réaliser son rêve : décrocher un rôle dans un film.
Nathan se liera d'amitié avec un chef de la pègre chinoise qui lui changera son intérieur Ikea pour une déco asiatique coûteuse, essayera de draguer sa collègue en lui piégeant son clavier, rencontrera l'écrivain Douglas Coupland himself qui le tirera d'un certain problème en échange de son oridnateur portable, source d'information sur sa vie privée, créera un niveau caché et gore au beau milieu d'un jeu vidéo pour enfants (saccagé par les experts marketing, qui veulent insérer, par exemple, une tortue au beau milieu d'un jeu de skate),etc...

Voilà qui est dit pour le fond. Maintenant sur la forme, ce n'est pas qu'un simple roman. Jpod alterne les textes narratifs, des emails, des lettres d'amour destinées à Ronald McDonald, des suites de mots et de nombres premiers, des mots puissants en chinois,etc.
Tous ces petites incursions dans l'histoire rendent sa lecture ludique et interactive (et oui, j'ai essayé de trouver la lettre "O", remplaçant le chiffre "0" parmi une dizaine de pages de chiffres !).
Les dialogues sont savoureux de loufoquerie ininterrompue, les personnages sans être stéréotypés sont totalement hors de contrôle, les situations sont plus barrées les unes que les autres.

Bref, ce fut une lecture plus que géniale pour moi, ce livre est, je crois, devenu un guide de philosophie personnelle. Un grand merci à Bob, et aux Editions Au Diable Vauvert, qui ne cessera jamais de me ravir par ses choix de publication !

Je dédie ce billet à Big Brother, qui, lui aussi, doit faire avec les idées plus que douteuses de ses directeurs marketing...