vannAprès un deuxième divorce, Jim, dentiste, vend une partie de ses biens et embarque son fils de 13 ans, Roy, pour un retour aux sources en Alaska. Ils devront se débrouiller seuls, chasser, pêcher, ayant pour seul contact avec la civilisation, une radio.
Dès les premières heures sur l'île de Sukkwan, Jim le père, montre un positivisme tout enfantin le jour, tandis que la nuit, ses sanglots maintiennent son fils éveillé, incapable de gérer les crises de son père. Ils vont tous les deux essayer de cohabiter, de survivre à toutes les galères qui vont leur arriver jusqu'au moment où tout va basculer dans la folie...

Ah ! L'Alaska ! Ses forêts, ses lacs, ses animaux sauvages, ses gardes-côtes sexy (voir absolument le film "The Guardian" avec kevin Costner), sa nature intacte et préservée... On n'est pas chez Walt Disney ! Il s'agit ici de survivre en milieu hostile ! On ne débarque pas avec ses Moonboots Décathlon la fleur au fusil ! Dans le livre de David Vann, les descriptions sont particulièrement bien réussies. Si le paysage est magnifique, la terre, elle, est invivable pour les non-initiés. C'est le cas pour Jim et Roy qui, même s'ils s'installent en juin sur l'île, n'ont aucune réelle idée de ce qui peut les attendre dans les froides journées d'hiver.

Toute une série de petits échecs pour le père, après celui de son dernier mariage, vont le pousser lentement mais sûrement vers la folie. Son fils ne pourra bientôt plus assumer ce père totalement incapable, ce père qui fait jouer la corde sensible en le culpabilisant...
Ces deux personnages sont énormément touchants dans leurs émotions et dans leurs actes. Cette autarcie la plus complète ne fera qu'exacerber leurs sentiments enfouis jusqu'alors. En gros, La nature te renvoie en pleine face la tienne propre. Jim, le père, est dentiste. C'est pragmatique un dentiste, non ? Et bien ici, il devient fou, tout simplement. Enjoué, dépressif, suicidaire, bi-polaire... complètement barré. Roy, le fils, est un ado de 13 ans. Est-ce que vous vous imaginez, vous, partir un an sur une île paumée, sans nana à des kilomètres à la ronde,  avec pôpa? Un père plutôt absent et coureur de jupons, un dentiste, en plus ! Et bien, lui aussi finit par péter un plomb.

Toute la narration repose sur ce duo père/fils complètement bancal. Cette relation totalement malsaine qui finit par les ronger. Le père ne se rend compte de rien, tandis que sa progéniture assume le rôle de responsable. De petits couacs émotifs en gros clash, tout est distillé subtilement, l'air de rien. On sait qu'il va se passer quelque chose, on s'y attend, on le redoute, et pourtant ça arrive comme ça, l'air de rien, une grosse claque en pleine tronche ! Une simple phrase, à la fin d'un chapitre, et on se dit "Oh putain !" (c'est certes un peu grossier, mais véridique).

Bref, ce livre commence très fort l'année, c'est une révélation pour moi : on ne part jamais vivre en hermite à deux.
Et ça me donne encore plus envie de partir là-bas ! (Aller, Cryssilda, au boulot !)

Un immense merci à Bob, et aux éditions Gallmeister !

PS : ce soir, rencontre avec l'auteur David Vann !

Edit du 21/01/10 : Et cette rencontre alors ?

DavidVEt bien, ça s'est très bien passé. David Vann nous a appris que, même si Sukkwan Island était une fiction, l'histoire touchait la sienne propre. Je me vois dans l'obligation de m'arrêter là pour éviter tout spoiler (c'est intrigant n'est-ce pas ?). Il a vécu lui aussi en Alaska, etc. Il nous a expliqué qu'il s'est fait sa petite vengeance sur son père en écrivant ce roman, que ce dernier l'a autant surpris que nous à la 113ème page (maintenant vous êtes obligés de le lire !.

Il a essayé pendant une dizaine d'année de trouver un axe d'approche pour ce qu'il voulait aborder, et finalement, c'est en un peu plus de deux semaines qu'il a rédigé ce roman. Ensuite, il lui a fallut 12 ans pour être édité (et cela grâce à un concours d'écriture gagné).

Sa manière de travailler ? Le matin, il relit ses écrits de la veille, histoire de se remettre dans le bain. Ensuite il écrit en hermite, et peut passer des mois sans voir personne. Il procède ainsi pour écrire "d'une traite" ses romans.

Voilà pour la grande histoire, mais pour la suite, Cryssilda et moi avons questionné David Vann pour avoir un aperçu des trucs à visiter en Alaska (bah oui, nous on a peur de rien, et donc on va se faire un ptit voyage là-bas l'année prochaine). Il a été adorable, nous a noté tout ce qui était à voir, les dates d'ouverture des parcs naturels,...

Bref, cette soirée a été géniale ! Je tiens à remercier tout particulièrement Oliver (aucun rapport avec Charles Dickens) et Marie-Anne des Editions Gallmeister pour nous avoir fait découvrir un livre magnifique, et un auteur génial.

ATTENTION !

David Vann sera demain soir à 19h30 à la librairie Atout Livre, 203 bis, avenue Daumesnil Paris 12ème !