untitledJ'ai fini, ce matin, le premier tome du Parlement des Fées, de John Crowley : L'orée des bois.

L'histoire commence, ou se poursuit, avec Smoky, qui part retrouver sa fiancée Daily Alice, dans une maison complètement folle et chimérique.

Autant vous le dire tout de suite, je ne me suis pas du tout laisée embarquer dans le monde psychédélique de John Crowley !
Même si l'écriture est très belle, les descriptions magnifiques, et les personnages attachants (pour certains en tout cas), je n'ai pas réussi à m'imprégner de l'atmosphère qui se voulait, je crois, féérique et merveilleuse.
J'ai trouvé la narration un peu "bordélique". Il y a une trentaine de personnages au bas-mot, et l'on saute de l'un à l'autre, géographiquement, chronologiquement, et physiquement (parce que oui, il y a du sexe dans ce roman !).

On va commencer avec l'année N, celle où Smoky, tombé amoureux de la gigantesque Daily Alice, va se marier avec elle, après un parcours tracé par esprits qui lui ont ordonné de venir : à pieds, sans aide finacière, avec un vieux costume de marié (bon là, ça va encore). Ensuite, N-1, où l'on assiste à la première rencontre des deux amoureux. Retour vers le mariage. Et bond dans le passé (N-30 peut-être) pour en savoir plus sur l'histoire de la grand-mère de Daily Alice. Et retour dans le présent, puis on suit les périples d'Aubéron, fils de Smoky (N+18 genre, et tant quà faire, il porte le même prénom que son grand-père, histoire de faciliter les choses...).

Bref, vous comprendrez peut-être pourquoi je n'ai pas du tout accroché à cette histoire aussi déglinguée que la maison dans laquelle elle se déroule, que je n'ai pas pu m'attacher à ces êtres humains ou féériques (on ne le sait pas encore, et peut-être qu'on ne le saura jamais).

En tout cas, ça ne m'empêchera pas de retenter le coup avec le deuxième tome !

Merci à Livraddict et Les Editions Points pour le livre !