Une fois n'est pas coutume, jeudi dernier, c'était le repas bi-annuel de ma boîte. D'habitude, quand je me mets aux fourneaux pour mes chers collègues, j'arrive à conjuguer originalité et bon goût. Mais là, j'ai dû pousser le bouchon un peu loin.
Dans un premier temps, vu que je revenais du Canada, je me suis dis : "tiens, et pourquoi pas une tarte à la mélasse ?"
Elle est était pourtant jolie à voir :

DSC00723

Seulement voilà : après passée la première surprise (ce n'était pas une tarte au chocolat !), vient le dégoût... Un bon goût de sirop contre la toux. Moi-même, j'avais hésité à la goûter. Seul mon patron l´a appréciée à sa juste valeur. Cet être exquis gastronome et oenologue de surcroît,  sait apprécier l´oeuvre culinaire sans être influencé par la forme ou la couleur (extrait sponsorisé par Les Régulateurs Georgin).

Ensuite, j'ai décidé, pour cette même soirée, de me lancer dans la confection de sushis sucrés. Et là, effet inverse : la présentation était franchement pas terrible, alors que c'était délicieux !

sushis_sucr_s

Ici, j'ai préféré la simplicité à la prise de tête, et c'était une mauvaise idée. Tout d'abord, préférez les crêpes faites maison pour confectionner "l'emballage" du sushi : elles ne se décolleront, ni se déchireront aussi facilement que les crêpes industrielles. Ensuite, faites vous-même votre riz au lait : vous pourrez ainsi doser sa consistance, et éviter que son côté trop liquide ne détrempe complètement votre sushi. Et choisissez des fruits un peu plus colorés que ceux que l'on peut trouver en conserve !

Bref, l'année prochaine, je me contenterai de faire une salade composée, ce sera difficile de la rater, elle !